Pourquoi parfois on a confiance en soi et parfois pas?

Est ce que ça vous est déjà arrivé de passer d’un sentiment de « wonderwoman » le mardi à un sentiment de vide, de défaite et de désespoir le jeudi ? D’un état d’affirmation de soi, de vos rêves, de vos projets à un « mais pour qui tu te prends » ? D’une énergie dingue où vous gérez 3 projets en même temps à l’incapacité de passer à l’action?

Oui ? Moi aussi ! 

Quand j’étais étudiante en psycho, je me retrouvais toujours à bosser mes exams la veille, voir le matin, deux heures avant l’exam…. Ouais… Parfois, ça passait, parfois pas… Mais comme le plus souvent ça passait « easy » à quoi bon trouver une nouvelle stratégie ? 

J’avais cette vision de moi, d’une personne positive, optimiste, pleine d’énergie, qui comprend, apprendre et retransmet avec facilité. Pourtant, il y avait des matins où j’étais littéralement incapable de me lever de mon lit… Et à chaque fois, je me disais « mais c’est quoi le problème avec moi? », « Je dois avoir un problème c’est pas possible ! ». Je me sentais « coupable » d’avoir une énergie si basse, aucun enthousiasme pour mes projets. J’étais pleine de rêves et d’ambition mais parfois je me jugeais vraiment très cruellement. Et puis, quelques jours après, j’étais repartie… 

La femme est cyclique

Cette culpabilité, je l’ai vécu jusqu’en 2014… Jusqu’à ce que je comprenne que j’étais cyclique et que chaque mois, je passais par 4 phases différentes. Le problème c’est que je m’étais identifiée à seulement l’une d’entre elle… Et le reste du temps, je n’étais tout simplement pas « en phase » avec moi-même.

Cette prise de conscience a été déclenché par ma toute première consultation à l’Institut du Cancer de Montpellier aux côtés du Professeur Henri Joyeux. Nous sommes le 12 décembre 2014, il est 8h30 environ, la patiente entre dans la salle de consultation, C’est une jeune femme de 32 ans, cancer de l’ovaire stade 4. C’est le professeur Joyeux, qui se charge de l’annonce… Je suis assise en retrait, quand il pose le diagnostic, je suis paralysée. La patiente se ferme, refuse la communication. Le professeur Joyeux se lève et lui dit: « Je vous laisse avec ma jeune collègue, parlez lui ».

De cette consultation naîtra de longues discussions avec le professeur Joyeux, l’arrête de la pilule contraceptive pour moi et le début d’un long parcours de reconnexion à moi et à mon essence de femme.

Si je vous partage cette expérience c’est parce que, bien trop souvent, nous n’avons absolument pas conscience de notre nature cyclique. Parce que droguées à la pilule ou juste complètement déconnectée de nous-même… Deux possibilités dès lors: « On passe en force et on raye l’émotionnel, on le met à distance et on se le prend de plein fouet tôt ou tard» ou « on se laisse complètement submergée par nos émotions et on finit par s’identifier à ce que l’on ressent ». Dans les 2 cas, la première sphère de notre personnalité à en subir les conséquences est notre confiance en nous, en notre capacité à accomplir et à réussir ce que l’on veut accomplir et réussir.

Parfois encore, on se lance dans un parcours de développement personnel, dont les principaux auteurs sont des hommes et on nous parle de linéarité, de défi de 21, 28 ou 30 jours, où il faut absolument tenir sinon on est pas des leaders. Ok, je caricature et pourtant… Je suis certaine que vous avez déjà entendu parler de miracle morning ou de la nécessité de faire une même action tous les jours, tous les jours, tous les jours (courir TOUS les matins) ou réciter des affirmations TOUS les matins… Le problème c’est la linéarité alors qu’en tant que femmes nous sommes cycliques… 

Une de mes missions en tant que coach de vie et d’affaires est d’apprendre à mes clientes à reconnaître leur nature cyclique, repérer les 4 phases qui nous traversent chaque mois, à les identifier et à apprendre à jouer avec. 

Quand on est à son compte ou lorsque que l’on veut se lancer, il faut apprendre à se connaître car lorsqu’on se connaît on sait quand s’appuyer sur nos forces et quand développer nos parts de manque. 

Le cycle féminin est une ressource incroyable pour apprendre à se connaître c’est pour ça qu’avec Marisa, on a créé, dans la formation les Wedding Planner de Demain tout un module qui vous explique ces 4 phases et comment les mettre en place dans votre vie et votre activité pour obtenir de meilleurs résultats et éviter le burn-out.

Si vous faites partie de la communauté des Wedding Planner de Demain, il est tant de visionner ou revisionner le module 10 ! 

Si vous n’êtes pas encore parmi nous, je vais vous inviter cette semaine à faire des recherches sur le pouvoir de votre cycle ! C’est un parcours tellement enrichissant qu’en tant que femme, il serait vraiment dommage de vous en priver ! C’est le genre de découverte qui marque dans votre vie un avant et un après ! 

Si vous voulez profiter d’une session de coaching offerte avec moi cliquez sur le lien ( https://forms.gle/hCXWtZTdnC5872U8A ) et remplissez le formulaire. Je serais vraiment ravie de partager ces connaissances incroyablement puissantes avec vous. Si vous m’avez déjà contacté, et que vous n’avez pas encore reçu de réponse, pas de panique, c’est juste que mon agenda était « booké booké booké » mais je prendrai très certainement contact avec vous cette semaine 😉

Avec tout mon Amour et toute ma sororité,

Sandrine 

MARISA

Wedding Planner, Blogueuse mariage, Formatrice

Commenter